Mes soins de support et médecines parallèles utilisés pendant mes chimiothérapies

Mes soins de support et médecines parallèles utilisés pendant mes chimiothérapies

Les soins de support…

Les traitements … Il faut trouver une façon de vivre avec. À l’institut Gustave Roussy, « le guide d’accueil des patients » nous est remis dès notre prise en charge, il est plutôt pas mal. J’ai également parcouru des blogs d’anciennes combattantes du cancer pour avoir une idée des soins qu’elles avaient pu utiliser. Bien entendu, ce fut toujours avec l’accord de mon oncologue, et de plus, ce sont des praticiens qui ont travaillé pour la plupart avec des personnes atteintes du cancer.Il en existe beaucoup, voici ceux auxquels j’ai recours depuis le début de mes traitements et qui m’aident à gérer la douleur et les effets indésirables au quotidien :

 

  • ACUPUNCTURE : j’ai de la chance, mon acupuncteur est un ancien anesthésiste, qui a aussi vu passer dans sa carrière beaucoup de personnes  atteintes du cancer. Il est de bons conseils, mais surtout, m’apporte une aide précieuse dans la gestion de mes effets secondaires. Je le vois avant chaque cure et je l’ai vu avant chacune de mes opérations programmées, je vous promets que la récupération après mes deux dernières opérations n’étaient pas la même que les précédentes!!!! De plus, je me sens beaucoup moins nauséeuse et fatiguée. Il m’a également aidé à plusieurs reprises lorsque mes plaquettes étaient très basses à les faire remonter du jour au lendemain.

 

  • HOMÉOPATHIE : encore de la chance!! Mr l’acupuncteur me prescrivait aussi mon traitement d’homéopathie, à savoir 7 doses par semaine (1 jour, 1 dose). Il se composait de granules pour mes défenses immunitaires, pour la fatigue et pour les nausées : lundi = GELSEMIUM 30CH, mardi = IGNATIA 30CH, mercredi = ARNICA 30CH, jeudi = STAPHYSAGRIA 30CH, vendredi = THUYA 15CH, samedi = NATRUM MURIATICUM 15CH, dimanche = NUX VOMICA 9CH. Je prenais également du Valeriana officinalis 4dh pour faciliter le sommeil ( il est très important d’avoir un sommeil j’y reviendrais). 

 

  • KINÉSITHÉRAPIE : je suis sûre que vous allez me demander pourquoi!!! Après ma 1ère opération, et à la découverte de ma 1ère cicatrice de 15 cm, ma copine Betti m’a dit « fais toi masser la cicatrice tu n’auras plus rien »! Et il s’avère que c’était vrai (elle a toujours raison Betti 🙂 )!! Ma 1ère cicatrice avait quasiment disparu et n’était pas boursouflée. Bon, maintenant j’ai ma très grande cicatrice (du pubis au sternum, soit un peu plus de 30 cm) que je dois également atténuer, pour cela il me faut encore un peu de patience, Mme est trop récente! J’ai également eu recours à la kinésithérapie avant mes dernières opérations. Mais surtout avant la grosse opération, où j’ai pendant une quinzaine de jours fait des exercices de renforcement musculaire. Demandez au chirurgien qui doit vous opérer une ordonnance avec des séances pendant 15 jours précédents l’opération. Ainsi, vous serez dans de meilleures conditions « the big day », mais surtout la récupération post opératoire sera impressionnante!!! Et puis, tout est pris en charge par la Sécurité sociale donc n’hésitez pas Mesdames 😀.

 

  • RÉFLEXOLOGIE PLANTAIRE : saviez vous que la voûte plantaire correspond à l’ensemble des organes de notre corps??? Le praticien a l’art de calmer les maux à l’aide de pressions et de massages (au début ça chatouille mais on s’y fait très vite). Et puis c’est tellement agréable de se faire masser les pieds!!! J’avais fait une 1ère séance dans un salon de massage, puis, il s’avère que j’ai trouvé une podologue qui fait également de la réflexologie. C’est très utile pour la fatigue, pour l’équilibre du sommeil, mais également pour éliminer les toxines présentes dans le corps. Enfin, la réflexologie plantaire permet d’équilibrer les fonctions vitales et elle agit sur les différents organes du corps. Petit conseil : faites votre séance en fin de journée, car l’envie de dormir sera bien présente. Renseignez vous auprès de la mutuelle si les consultations sont prises en charge, généralement, vous avez un forfait annuel, pour moi c’est le cas!

 

  • MICROKINESITHERAPIEj’ai souvent eu des douleurs suites à mes opérations. Depuis quelques semaines, cela me vaut des allers retours à l’hôpital car les douleurs sont très violentes. Ils s’agit de douleurs neuropathiques, qui sont toujours présentes malgré les antalgiques. Alors, en parlant avec mon amie Caroline, celle-ci me parle de « microkiné » pratique que je ne connaissais pas. Ce soin vise à éliminer toutes les douleurs et les traumatismes que le corps garde en mémoire. Il faut environ 2 à 3 séances, chacune étant très espacée pour laisser au corps le temps de récupérer. J’ai pris un rdv, je vous en reparle très vite!

 

Comme je vous le disais il existe de multitudes de médecines douces, je vous ai fait part de celles que j’utilise, qui me soulagent, et m’aident à me sentir moins fatiguée!!! Alors surtout n’hésitez, foncez Mesdames! 😉

5 réflexions au sujet de « Mes soins de support et médecines parallèles utilisés pendant mes chimiothérapies »

  1. Bonjour, j’ai lu votre article sur les medicines parallèles et ça m’a intéressé beaucoup la partie sur l’acupuncture et la réflexologie plantaire. Est-ce que vous pourriez me donner le numéro de votre acupuncteur et de la réflexologie plantaire ? En lisant votre blog j’ai vu aussi que vous parlez du programme Molitor, est-ce que vous vous trouvez bien ? Moi aussi je suis suivie au Gustave roussy pour un cancer du col de l’uterus et je voulais m’inscrire comme c’est juste à côté de chez moi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.