Mon deuxième combat contre le cancer : traitements, galères, je vous dis tout!

Il est temps que je vous raconte tout sur ma récidive et ce nouveau combat contre le cancer (que j’ai d’ailleurs encore gagné!).Si vous me suivez depuis le début de mes aventures, vous savez que je suis tombée malade le 24 mai 2016. Je vous avais tout expliqué dans cet article.

J’étais contente, après de longs mois de chimiothérapies et toutes les opérations enchainées, j’étais sous Avastin en entretien depuis novembre 2016. Tout se passait plutôt bien, jusqu’à la hausse de mes marqueurs en juin.

L’ENCHAINEMENT DES EXAMENS ET L’ANNONCE DE LA RECIDIVE

Le stress des marqueurs!!!!! Je devais faire ma prise de sang toutes les 6 semaines. Lorsque je l’ai faite en juin, les marqueurs étaient légèrement en hausse par rapport aux dernières analyses. Puis en juillet, ils ont considérablement augmenté, dépassant la valeur de référence.

Mon oncologue m’a donc prescrit un scanner. Il a été retrouvé une adénopathie douteuse. Dans la foulée, j’ai effectué une IRM mi aout, qui n’était pas trop bonne.  Heureusement que mon oncologue a insisté pour me faire passer un PET SCAN.

Malheureusement, mon PET SCAN du 7 septembre retrouve une progression avec multiples adénopathies rétro-péritonéales. Il s’agit d’une reprise évolutive au niveau ganglionnaire sous diaphragmatique.

=> Mon oncologue m’annonce donc le 13 septembre que je suis de nouveau malade, seulement 8 mois après la fin de mes chimiothérapies…

LA REPRISE DES TRAITEMENTS

Mon protocole pour ce nouveau combat

Il a donc fallu reprendre les chimiothérapies, à ma grande déception.

La bonne nouvelle est que, étant donné que les médecins savaient que j’ai une mutation du gêne BRCA1, le traitement a été adapté en fonction. Ils avaient convenu de  :

  • 6 cures de chimiothérapies avec du CARBOPLATINE et du CAELYX, à raison d’une fois toutes les 4 semaines
  • une chirurgie ou une radiothérapie après les chimiothérapies
  • un traitement d’entretien, l’OLAPARIB, pour les femmes mutées et en récidive.

J’étais contente, je me suis dit « super, ça va vite passer, et puis maintenant, je m’y connais en chimiothérapies et opérations ». Figurez vous que cela a été une vraie galère, je crois que mon premier protocole s’est mieux passé!!!

Mes cures de chimiothérapies

Cure 1,  le 4 octobre 2017. Mon oncologue a été super cool, elle m’a laissé la faire le lendemain de l’anniversaire de Lily-Rose afin de profiter de sa journée. J’étais donc confiante et contente en allant à l’hôpital (j’avais en plus reçu mon T-shirt Guns N Roses Fuck Cancer ce jour).

Tout se passait bien, jusqu’à l’administration du Caelyx : allergie !!!!! Tiens cela me rappelle le Taxol. Les médecins ont du arrêter  l’administration. Je n’ai donc eu que le carboplatine. Le combat s’annonce compliqué…

Nouveau combat, nouvelle chimiothérapie

Le Caelyx en rouge, qui n’a pas voulu passer…

Cure 2, le 31 octobre 2017. J’ai pu effectuer ma deuxième cure de chimiothérapie dans le Var. Mais il ne m’a pas été administré de Caelyx, la structure de l’hôpital n’étant pas adaptée en cas de nouvelles complications. Cela ne me dérangeait pas!!!

Cure 3, le 27 novembre. Cette cure s’est faite en hospitalisation. Le caelyx devait être administré en 8h. Vingt minutes après le début de l’injection, nouvelle réaction allergique. Mon oncologue décide donc d’arrêter avec le caelyx. Il sera remplacé par le Gemcitabine (gemzar) que j’avais eu lors de mon premier protocole de soins.

On passe donc à des cures de 3 semaines, à savoir : Carboplatine+Gemzar en J1, Gemzar en J8, et rien en J17.

Cure 4, 28 décembre et 5 janvier. Qui dit Gemzar, dit toxicité sur les plaquettes, les globules blancs et l’immunité. Et cela fut le cas!!! Avec tous les effets secondaires de la chimiothérapie (fatigue, nausées, vomissements), venaient s’ajouter le stress de la baisse de l’immunité, et l’assignation à domicile! Parce que lorsque que l’on n’a plus de défenses immunitaires, il vaut mieux rester chez soi. En plus, j’ai bien été embêtée avec l’opération de mon pouce le 4 janvier! J’ai été plusieurs fois hospitalisée, mais également transfusée en plaquettes.

Cure 5, le 29 janvier. Avec cette histoire de toxicité sur le bilan sanguin, la bonne nouvelle était que je n’avais plus qu’une séance de chimiothérapie toutes les 3 semaines, avec du carboplatine et du gemzar! Je sentais la fin approcher à grands pas…

Cure 6, le 19 février. Et voilà, je termine les chimiothérapies le jour de l’anniversaire de ma soeur Lucile. Soulagée, excitée, heureuse…et vite rattrapée par les effets de la chimiothérapie. Mais ce n’est pas grave, c’était la dernière (j’espère de toutes ma vie).

Les chimiothérapies ont été mes « ennamies » durant ce combat (ben oui, je ne vais pas changer de surnom entre deux protocoles  😀 ).

A la fin des traitements, il a fallu passer de nouveaux examens. Le PET SCAN était bon, j’avais fait une bonne réponse à la chimiothérapie, mais des lésions résistaient à la chimiothérapie.

Ma 7ème opération

Suite au comité du 6 mars (jour de l’anniversaire de mon frère David), les chirurgiens décident de m’opérer de nouveau. Il restait des lésions qui ne partaient pas avec la chimiothérapie, mais surtout, ils souhaitaient faire un curage pelvien et lombo-aortique. Je suis donc opérée le 4 avril par 2 superbes chirurgiens.

Et de nouveau, on me fait une laparotomie, et je me retrouve avec cette cicatrice d’une trentaine de centimètres… L’opération a été lourde mais tout s’est bien passé, je n’ai même pas eu le curage. Ils ont retiré tous les ganglions et les cellules cancéreuses.

2 jours en soins intensifs, 17 jours d’hospitalisation…

Bon les suites post opératoires sont moins drôles, et plutôt galères, mais le 10 avril (jour de l’anniversaire de mon chéri), mon oncologue m’annonce que je n’ai plus de maladie, tout a été retiré lors de l’intervention!!!!! J’en pleure de joie, je n’y crois pas, toute la pression redescend, j’ai de nouveau gagné le combat contre le cancer!

Mon nouveau pote : l’OLAPARIB

Suite à tout cet enchainement de traitements et d’opération, il n’y avait plus de maladie, je pouvais donc commencer mon inhibiteur de PARP : l’Olaparib. Il s’agit d’une thérapie ciblée, qui empêche le développement des mauvaises cellules.

Je débute le traitement le 30 avril. Je vous avouerai que l’Olaparib et moi ne sommes pas trop copains. En même temps, avaler 16 gélules par jour, 1h après les repas, et ne pas manger pendant les 2h qui suivent la prise de médicament, ça ne donne pas envie de taper l’amitié.

Et puis il me donne nausées, vomissements, et fatigue. J’ai comme une impression d’après chimiothérapie…

Mon oncologue revoit le dosage à 12 gélules, rien à faire. Puis 8 gélules, et ça commence à aller mieux. Ce médicament sert à éviter une éventuelle rechute, vous comprendrez donc que je n’ai pas trop le choix!!! J’ai la chance d’être intégrée à l’étude CAPRI à l’Institut Gustave Roussy, ce qui me permet d’avoir un suivi très personnalisé avec les infirmières!!!

Les effets secondaires devraient disparaitre avec le temps. Aujourd’hui déjà, ils se sont bien atténués. Je me donne donc cette chance de rester en vie, même si ce n’est pas drôle tous les jours.

inhibiteur de PARP

Aujourd’hui je suis heureuse d’avoir terminé mes traitements de chimiothérapie. Si tout va bien, je devrais uniquement rester sous Olaparib, pour une longue durée.

Je n’ai rien lâché pendant ce dur combat. Je suis passée par la joie, la peine, la peur, la douleur, mais j’ai été soutenue par mes proches, je n’avais donc pas le droit d’abandonner.

NEVER GIVE UP!

19 réflexions au sujet de « Mon deuxième combat contre le cancer : traitements, galères, je vous dis tout! »

  1. Cc une petite question lors de ta récidive as tu perdu tes cheveux avec les traitements merci beaucoup bravo pour ton Courage

  2. Quel courage et force de caractère et tout ça avec le sourire ! Je vous souhaite le meilleur pour la suite. Vous le méritez amplement.

  3. Bravo Oli pour ton courage, ta persévérance et le partage de ton combat. Tu es un exemple pour toutes celles qui sont confrontées à la maladie. Quel bonheur d’apprendre que tu n’es plus malade ! Je te souhaite tout ce qui a de meilleur pour toi et tes proches.

  4. Bonjour oli,
    Je me retrouve beaucoup dans ce que tu vis car moi aussi récidive avec ganglions Retroperitoneal,chimio lourde ….
    Comme toi j ai deux enfants :dont une Lilie rose qui a 12ans (et moi non plus rien à voir avec Vanessa paradis!!!!😁)et une petite betti lou qui a 5ans.
    C est vrai que c est dur,on passe par des tas de sentiments colère,tristesse,lassitude….bref je comprends aussi ce que tu vis ,moi ça fait trois ans et je suis toujours à fond!!!il ne gagnera pas celui la🦀
    Je me permets de t embrasser même si on ne se connaît pas!!
    Bon courage
    Sandra

  5. Bonjour Oli,
    Bravo pour ta pugnacité. Très heureux que tu sois guérie.
    Bon courage pour un nouveau départ !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.